Un plan triathlon…C’est la base

Un plan triathlon…C’est la base

Un plan triathlon, c’est la base

 

L’avantage du plan triathlon est fort simple : sa périodisation prendra en compte la charge d’entraînement dans les trois sports. Point important, la progression sera basée sur un objectif ultime.

Mais pourquoi ne pas suivre un plan pour cycliste et combler le reste des entraînements avec de la course et de la natation?

En fait, même si cette dernière option peut sembler tentante, elle risque de faire progresser uniquement les chiffres sur le vélo, mais surtout, elle ne prendra pas en compte le stress que les deux autres sports peuvent engendrer chez l’athlète. Les risques de blessure sont donc accrus durant cette période, mais également quand la routine des trois sports reprendra. Rapidement, les gains faits dans un sport seront rattrapés par les pertes dans les deux autres, ou par une blessure que pourrait amener un manque de progression.

Attention, je ne dis pas que votre plan ne doit pas cibler un sport et une amélioration. Au contraire. Dans chacune des phases de votre périodisation, le plan ciblera du maintien et, certes, du développement. Ainsi, un bloc de 12 semaines ciblant la puissance aérobie sur le vélo peut très bien être intégré au plan. Profiter de l’hiver pour travailler une faiblesse est logique, et même souhaitable. Faire ce travail en conservant les acquis dans les deux autres sports devrait être une priorité pour un triathlète.

Bref, le pire plan à avoir est sans aucun doute l’improvisation. Il faut prendre le temps de lire, se renseigner ou de contacter un entraîneur qualifié et reconnu par une fédération sportive!

Bon entraînement à tous!

 

 

Francis Bachand

Entraîneur Capitale Triathlon – Capitale Natation

ÊTRE OUVERT À APPRENDRE

ÊTRE OUVERT À APPRENDRE

ÊTRE OUVERT À APPRENDRE

Mes connaissances en matière de commotion et traumatisme étaient plutôt limitées. Provenant d’un sport d’endurance sans contact, les accidents sont plutôt rares et c’est bien ainsi. Comme entraîneur, j’aime bien apprendre de chaque situation. Pour tout vous dire, étant directement touché par cette blessure sournoise, je me considère donc comme un sujet d’expérience afin de vous en parler aujourd’hui.

Le jour de l’accident, une collision avec une voiture et une chute à 50 KM / heures. Résultat simplifié; une fracture du crâne menant à un traumatisme crânien modéré, fracture de la clavicule et de l’omoplate et les multiples contusions.

Quand il y a une hospitalisation de 13 jours et un passage à l’institut de réadaptation de 6 jours, c’est que les conséquences n’étaient pas négligeables. La réhabilitation apporte son lot de travail. Pour une rare fois, le travail devant moi sera moins physique et plus cérébral. C’est quoi un traumatisme crânien célébrable (TCC) modéré? Les traumatismes graves et modérés sont très souvent caractérisés par des fractures du crâne et des pénétrations pouvant causer une hémorragie (saignement au cerveau), un œdème cérébral (enflure au cerveau) et des dommages aux tissus nerveux. La commotion cérébrale, quant à elle, correspond à un traumatisme crânien léger. C’est la gravité du TCC qui détermine, en bonne partie, la durée et le degré de guérison. Il faut penser à une guérison sur plusieurs mois, pour les TCC modéré et sévère. La plupart des personnes qui ont un TCC modéré ou sévère restent avec des troubles de l’attention, de la difficulté à se concentrer, des pertes de mémoire et sont plus sensibles à la fatigue.

Le travail en Neurologie, en ergothérapie et en Physiothérapie est nécessaire et prenant. Que nous parlions de concentration, de focus ou d’étourdissements, il faut faire preuve de patience, de respect des différents protocoles de retour surtout de résilience.

Après un accident, la situation nous rend plus sensibles aux jugements et aux regards des autres. Les gens restent polis, mais je sens qu’il analyse le degré de l’impact. Même avec un TCC, je me rends bien compte que mon entourage me regarde différemment et essaie de m’épargner avec leurs questions. En toute sincérité, je suis habituée comme entraîneur de m’occuper des athlètes, mais pas l’inverse. Le TCC reste un mystère et unique à chaque victime, mais chose sûre, je me servirais des prochaines semaines afin de parfaire mes connaissances sur ce sujet trop souvent négligé dans notre sport.

 

Porter votre casque les amis et bon entraînement! 

Francis Bachand 

 

Capitale Triathlon: Un club différent?

Le club Capitale Triathlon existe depuis bientôt 8 ans et il est toujours en constante évolution. Nos entraîneurs qualifiés sont en mesure de bien cerner les besoins de chaque athlète en fonction de leurs forces et leurs faiblesses. Étant très à l’écoute, ils peuvent ainsi aider les athlètes à se dépasser selon leurs objectifs personnels. L’offre de service actuelle est complète et permet de choisir plusieurs plages horaires par semaine, dont 15 natations, 2 courses et 4 vélos en groupe.  Ajoutons qu’il est possible de choisir selon 3 options de forfaits: celui à la carte, le combo 3 entraînements aux choix ou encore l’illimité. Un rabais famille est également applicable afin d’encourager une vie de familiale active au sein de groupe dynamique.

LA NATATION

La natation étant le maillon faible de plusieurs triathlètes, nous avons pensé bâtir notre propre identité de natation. Nous avons depuis maintenant un an notre club privé Capitale Natation. Désormais, nous offrons jusqu’à 15 plages horaires de groupe par semaine dans 5 bassins répartie dans la ville de Québec. Capitale Natation possède 3 volets distincts. Le Jeunesse de 6 à 11 ans, le Junior de 12 à 17 ans et le groupe adulte. Afin d’offrir le meilleur de nos services et de s’assurer de la progression de nos athlètes, nous sommes fiers d’intégrer une rétroaction filmée à chacun des participants, et ce, à chaque session. Voulant répondre aux exigences des plus débutants au plus avancés, chaque entrainement possède au minimum 2 entraîneurs pour la correction de la technique.

LA COURSE ET LE VÉLO

Afin de permettre un dépassement complet, les séances de course à pied auront lieu 2 fois par semaine en intégrant des intervalles spécifiques selon la distance de course des athlètes. Ces courses vous offriront le bonheur de courir au cœur de la ville de Québec, mais aussi une option en sentier ou sur route au Lac Beauport.

Pour ce qui est de la portion vélo, nous sommes à finaliser la programmation d’ici quelques semaines. Vous pourrez profiter de 2 entraînements spécifiques en intervalles sur la plate-forme virtuelle où tous les membres du club pourront se retrouver. De plus, il y aura également 2 entraînements de groupe sur vélo avec base fixe qui se trouve dans notre nouvelle grande salle spécifique à nous à l’école Saint Jean-Eudes.

NOTRE VOLET SCOLAIRE

L’école Saint Jean-Eudes offre de concert avec les clubs Capitale Triathlon et Natation, un parascolaire triathlon et un parascolaire natation. Le fondement du club est basé sur le développement des jeunes et l’épanouissement dans leur sport tout en respectant leurs objectifs et leurs capacités.

UN PLAN?

Le plan BLOC est une renommée au Québec. Il permet un support structuré à l’objectif fixé d’un athlète. Vouloir s’entraîner avec un plan mais ayant un style de vie complexe selon le travail ou la famille, c’est possible. Vous pouvez bénéficier de miser sur vous tout en intégrant une planification annuelle simple et efficace.

Pour plus d’information sur notre offre de service, ne manquez pas notre rencontre d’information en ligne ce 8 septembre 2020 à 19h00 au lien https://ulaval.zoom.us/j/96752734500. L’enregistrement sera également disponible pour ceux qui ne pourraient y assister.

Francis Bachand, entraîneur-chef de Capitale Triathlon

Mais qu’est-ce que je viens de faire?

[vc_row css_animation= » » row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » angled_section= »no » text_align= »left » background_image_as_pattern= »without_pattern » el_class= »box_content space_t0″][vc_column][vc_column_text]Afin de s’améliorer, il est très important de suivre son plan d’entraînement. Par contre, j’ai récemment entendu un ex-pro cycliste dire qu’une fois arrivé sur le World Tour, il a été surpris de voir les autres athlètes prendre un verre de vin au souper pendant le Tour de France. Il a alors réalisé qu’il n’a qu’une seule vie à vivre et que ce genre de petit plaisir pouvait avoir sa place même dans un événement de haut niveau. J’ai donc décidé de déroger de mon plan d’entraînement et de faire une folie, car, après tout, on n’a qu’une vie à vivre!

 

La gaffe

Je me suis inscrit au Tour Of Sufferlandria. Vous ne connaissez sûrement pas ça et c’est tout à fait normal. Voici une brève description de ce que c’est :

Plusieurs personnes qui font du vélo à la maison sur une base d’entraînement utilisent un programme ou une plateforme d’entraînement afin de se divertir ou de structurer leur séance. Il y a plusieurs choix, Zwift étant un des plus populaires qui ressemble beaucoup à un jeu vidéo. TrainerRoad qui affiche un tableau avec les cibles en wattage. Moi, j’utilise Sufferfest, qui est un montage vidéo de courses cyclistes. Je trouve ça très divertissant et chacun des montages vidéo est en fonction de la séance d’entraînement choisie. Par exemple, pendant un intervalle VO2 max, on suit Vicenzo Nibali pendant une montée au Giro D’Italie ou pendant un intervalle plus long, on suit Tony Martin sur un contre-la-montre. Cette plateforme de vidéo d’entraînement organise un ‘’tour’’ de 9 jours où ils donnent 9 entraînements à compléter, parmi leur banque de vidéo. Je me suis dit que je participerais, malgré le fait que ça ne cadre vraiment pas dans mon plan annuel d’entraînement.

 

La planification du tour

Quand j’ai vu la planification du tour, j’ai eu mes doutes : je ne réussirai pas, c’est impossible… Ils sont fous! Aucun entraîneur ne recommanderait de faire ça! Ah oui, j’oubliais, je ne fais pas ça dans le cadre de mon plan d’entraînement, mais comme défi. J’ai aussi eu peur, car certains entraînements allaient faire mal, et j’avais mal juste à y penser. Voici un résumé très bref :

  • Étape 1 : impossible que je termine ce tour… La 2e heure m’a presque fait mourir!
  • Étape 2 : Beaucoup plus facile qu’anticipée! J’ai soudainement de la confiance.
  • Étape 3 : Je l’attendais ce court 45 minutes… Je vais le faire ce tour!
  • Étape 4 : Je déteste des intervalles courts…
  • Étape 5 : Je crois que je déteste aussi les intervalles longs…
  • Étape 6 : Je déteste également les simulations de course de vélo… Il n’y a jamais de repos!
  • Étape 7 : Ça va drôlement bien, ce qui est étrange, car cette séance est habituellement difficile… Je crois que ma perception de ce qui est difficile est en train de changer…
  • Étape 8 : Enfin une session d’endurance, ma force… Et non, cette séance m’a complètement brisé!
  • Étape 9 : WTF?!? J’ai même pleuré pendant un intervalle

Je ne vous recommanderai jamais de faire ce tour. C’est stupide, difficile, souffrant, décourageant. Ça fait mal. En contrepartie, c’est très drôle de suivre les commentaires et participer au groupe Facebook. Aussi, je crois qu’après quelques jours un peu plus légers en entraînement afin de récupérer, j’aurai définitivement un sommet de forme en vélo.

En février. Au Québec. Milieu de l’hiver. Fuck. C’était vraiment stupide tout ça…

 

Dave Vigneault

Athlète et ambassadeur Capitale Triathlon[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row css_animation= » » row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » angled_section= »no » text_align= »left » background_image_as_pattern= »without_pattern » el_class= »box_gallery nospace »][vc_column][/vc_column][/vc_row]

LA SCIENCE DU HTFU…

[vc_row css_animation= » » row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » angled_section= »no » text_align= »left » background_image_as_pattern= »without_pattern » el_class= »box_content space_t0″][vc_column][vc_column_text]En triathlon, le cyclisme est la partie amusante entre la partie qui fait peur (natation) et la partie qui fait mal (course à pied). Comme quand vous étiez jeune, en vélo, on est libre et on a l’air cool! Sauf qu’en fait, nous n’avons pas vraiment l’air cool avec nos casques aéro et suit en lycra… Mais il nous reste ce sentiment de liberté et de vitesse.

Je ne vous le cacherai pas, j’adore le cyclisme. Mais tout n’est pas rose. C’est selon moi le sport le plus difficile en entrainement. Les séances sont parfois très longues, les routes sont cahoteuses et étrangement avec plus de dénivelé positif que négatif (même si c’est géographiquement impossible), il existe des variations de la force gravitationnelle car elle est plus forte en montant qu’en descendant (même si c’est physiquement impossible), sans oublier le vent de face dans les 2 directions (même si c’est météorologiquement impossible)… Mais le cyclisme, c’est surtout difficile mentalement. C’est dans la tête, comme dirait le coach. Et il a raison! Une séance d’entrainement par intervalles ressemble souvent à ça : avoir l’impression que la capacité de vos poumons est insuffisante et que votre cœur tente de sortir de sa cage thoracique, vos jambes brûlent, l’acide lactique semble remplacer tranquillement tous les fluides de votre corps, votre tête n’est plus capable de penser (ce qui est une bonne chose car elle vous dirait d’arrêter!). Si je suis dans cet état, je sais que je suis en train de faire une belle ride.

Voici mes recommandations afin de vous améliorer en vélo :

  • HTFU : Voici la base du cyclisme. En entrainement, lorsque c’est difficile, que vous pensez à ralentir, ou pire, à arrêter : Harden The Fuck Up! En vélo, le plus rapide est souvent celui qui est capable de souffrir le plus. Dites-vous que la douleur ne durera qu’un moment (mais je ne vous dit pas quelle est la longueur de ce moment)…
  • Ce ne sera jamais plus facile. Vous allez simplement aller plus vite! Vous trouvez ça difficile de monter la côte près de chez vous et pensez qu’à la fin de la saison, vous la monterez facilement? Erreur, elle sera toujours aussi difficile à monter, mais vous la monterez plus rapidement. Alors, rappelez-vous : HTFU!
  • Rouler plus souvent. Beaucoup de zone 1-2 (longue sortie, récupération) et intervalles zone 4-5 (HTFU)!
  • Essayer d’avoir un bon sens de l’humour afin de rire de la douleur lorsque ça devient difficile. Et aussi pour rire de vous-même lorsque vous portez votre casque aéro…

Lors d’un triahtlon, le HTFU s’applique plus ou moins à la portion vélo car il faut habituellement courir lorsqu’on descend de notre monture. Le vélo devient donc stratégique. Si vous attaquez le parcours de vélo :

  • Trop rapide : Vous exploserez à la course à pied, et s’en suivra une longue marche de la mort vers la ligne d’arrivée. En de rares occasions, vous pouvez survivre à une telle stratégie agressive sans que votre course à pied ne souffre trop, mais je ne vous recommande pas de baser votre stratégie de course sur ‘’l’espoir’’.
  • Trop lentement : Pas d’inquiétude, je crois qu’aucun athlète a déjà commencé la course à pied en se disant : Je me sens trop bien, c’est vraiment facile courir vite ‘’off the bike’’! Alors ce scénario n’arrivera pas.
  • En respectant vos capacités : Félicitation! Vous avez réussi à faire ce que pratiquement personne n’arrive à faire. Alors maintenant, profitez de la course à pied pour dépasser tous ceux qui ont ‘’overbiké’’. Vous vous sentirez comme un athlète de calibre olympique et aurez une expérience de course mémorable.

Ah, et une dernière chose, rasez-vous les jambes…

Dave Vigneault

Athlète et ambassadeur Capitale Triathlon[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row css_animation= » » row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » angled_section= »no » text_align= »left » background_image_as_pattern= »without_pattern » el_class= »box_gallery nospace »][vc_column][vc_gallery type= »image_grid » images= »971,972,970″ img_size= »500×500″ column_number= »3″ grayscale= »no » images_space= »gallery_with_space »][/vc_column][/vc_row]

La récréation!

[vc_row css_animation= » » row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » angled_section= »no » text_align= »left » background_image_as_pattern= »without_pattern » el_class= »box_content space_t0″][vc_column][vc_column_text]

LE TEMPS… D’UN ENTRAÎNEMENT!

«Entraînement matinal… Un petit jog sur la piste cyclable, j’entends des rires, des rires d’enfants qui jouent sans compter le temps. Passant près de la cour d’école, je m’y arrête. Je les regardes jouer, rire… Je verse une larme» – Fin de l’histoire!

Je me suis promis, il y a 4 ans, de prendre du temps pour rendre visite aux jeunes dans les écoles afin de parler de sports et de saines habitudes de vie. Je suis le père d’une grande fille de 5 ans qui sera dans cette cour d’école dans moins d’un mois… le temps passe vite, trop vite.

4 ANS

J’ai fondé Capitale Triathlon en 2012, il y a 4 ans.  Depuis, plusieurs projets se sont succédés. Les 2 évènements, Triathlon Duchesnay et Triathlon Lac Beauport ont vu le jour. Trois Temps Coaching a également pris forme afin de répondre à une demande d’encadrement spécifique. 3 camps d’entraînements, Floride, UTAH et Cuba et pour compléter, Capitale Natation, un club de nageur spécialisé triathlon. La charge de travail augmente, les projets sont nombreux et je me dois d’être sélectif par faute de temps.

L’ÉQUILIBRE!

Fin 2017, je quitterai mon emploi à temps plein dans les Forces Canadiennes afin de me concentrer à 100% sur mes projets. Parmi eux reste le principale, celui de redonner à ma famille l’attention et le temps qu’elle mérite.  Ces 4 dernières années, plusieurs heures de temps familial ont été remplacés par des heures de développement et de travail. Le développement de ces projets m’apporte aujourd’hui une grande satisfaction et une immense fierté.

Plusieurs projets de développement futur sont sur la liste, le premier…. Me garder une journée par mois afin de parler aux jeunes dans les écoles. La première école sur la liste…. Celle de ma fille!

Bon entraînement![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

INSCRIS-TOI À L'INFOLETTRE

Tirage à chaque mois d’un plan d’entraînement et d’un cadeau de nos partenaires

Merci pour ton inscription!