Courir l’hiver, ça se peut?!

Courir l’hiver, ça se peut?!

Courir l’hiver, ça se peut?!

J’écris ces premières lignes en regardant par la fenêtre les petits flocons de neige tomber. On s’en sort pas, chaque année on doit passer par le processus du sous zéro et changer les t-shirts pour des manteaux et des tuques. Par contre, il ne faut pas voir ces changements comme négatifs, mais plutôt s’en servir pour apporter du nouveau à notre entraînement et développer d’autres aspects de notre forme physique… et de notre mental!

Première chose pour apprivoiser l’hiver, c’est de ne pas passer à côté de notre zone de transition, c’est-à-dire l’automne. Si nous avons le malheur de prendre une pause prolongée pendant ce temps, nous perdons la chance de laisser notre corps s’habituer à la baisse de température, à nos poumons de s’habituer de respirer de l’air de plus en plus frais et à notre cerveau d’enregistrer que les canicules sont derrière nous. Et c’est là que commencer à courir l’hiver devient tout un défi. 

Deuxième chose, être bien chaussé et bien habillé. On le dit, ‘il n’y a pas de mauvaise température, il n’y a que des gens mal habillés’. Le meilleur truc est de s’habiller en multi couches, avec près du corps un chandail qui absorbe la transpiration et qui garde au chaud (laine de mérinos), puis selon votre tolérance une ou deux autres couches pour maintenir la chaleur, pour finir avec un manteau coupe-vent. Pour ce qui est des chaussures, encore plusieurs options s’offrent. Il est possible autant de garder les chaussures d’été si elles conviennent, que d’acheter des crampons, en ajouter sous les chaussures ou changer pour des chaussures ‘d’hiver’, un peu plus imperméables. Tout dépend si vous faites des sorties en ville où souvent tout est plus déneigé, ou si vous allez dans des sentiers plus glacés et enneigés. 

 

Dernièrement, il faut être en mode adaptation. Le froid, le vent, la neige sont des éléments extérieurs qui modifient la difficulté de notre parcours. Il faut donc ne pas s’attendre à faire de aussi bons temps, des aussi longues distances sans fatigue, et c’est correct. Il faut retourner en enfance, se rappeler les joies de l’hiver et profiter de la saison blanche pour s’amuser en s’entrainant. Ayez comme objectif de faire un maintient de vos capacités qui vous permettra de ne pas recommencer à zéro au printemps. Et qui sait, si vous vous êtes bien amusé, vous aurez peut-être même une longueur d’avance!

 Sylvie Martin , Physiothérapeute PCN La Capitale

C, comme dans Covid-19, comme dans Course.

Loin de moi l’idée de décourager les gens de faire de l’exercice, je crois que notre santé et équilibre mentale en ont grandement besoin.  Par contre, les règles de base doivent résonner à chaque pas de course, et ceux-ci ne doivent pas nous mener plus loin que notre machine peut supporter.  C’est beau de voir des gens sortir et débuter la course, encourager par la fonte des neige et le discours de Dr Arruda.  Par contre, en ces circonstances, la Quantification du Stress Mécanique QSM) est d’autant plus importante. Le principe de la QSM est de donner un stress minimum au corps afin de lui créer une adaptation, mais sans jamais dépasser sa limite, qui nous amènerait en zone de douleur, blessures, surutilisation. Et attention, le corps étant une machine incroyable, ce ne sera assurément pas à votre première exagération que les symptômes apparaitront. Comme s’il avait une zone tampon… ce qui peut être un avantage comme un inconvénient. À notre premier 10km, on aura un peu de courbature, on se dira que ça aurait pu être pire et qu’on est pas pire en forme finalement. Par contre, 4-6 semaines plus tard, oups! Tendinite, claquage, douleur au genou.

Il faut comprendre que chaque personne a sa propre zone tampon, d’où l’importance des entraînements fait sur mesure qui permet à chacun de progresser selon sa tolérance. Il faut faire attention en ces temps de surabondance de temps libre, de ne pas se jeter dans le surentraînement. Surtout vous, triathlètes, qui avez un horaire bien rempli de trois sports, il faut éviter de se déverser dans la course pour remplacer la natation. Même si le cardio y est, chaque sport amène un stress sur différentes parties du corps. On s’en reparle dans mon prochain article!

Programme de course pour différents niveaux disponibles sur le site de la Clinique du Coureur et auprès de Francis Bachand, Capitale Triathlon

 

Par Sylvie Martin

Physiothérapeute PCN

 

INSCRIS-TOI À L'INFOLETTRE

Tirage à chaque mois d’un plan d’entraînement et d’un cadeau de nos partenaires

Merci pour ton inscription!