C, comme dans Covid-19, comme dans Course. | Sylvie Martin - Capitale Triathlon
9146
post-template-default,single,single-post,postid-9146,single-format-standard,theme-bridge,woocommerce-no-js,,qode-title-hidden,columns-3,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_non_responsive

C, comme dans Covid-19, comme dans Course.

Qui aurait cru qu’un virus nous ferait courir autant? Il faut bien ne plus courir après notre temps et être en isolement pour sortir et se croiser autant dans les rues, runnings aux pieds. Mon quartier, habituellement calme, est rendu une autoroute de coureurs et de vélos (dont les conducteurs ont habituellement 6 ans je dois l’avouer!).

Loin de moi l’idée de décourager les gens de faire de l’exercice, je crois que notre santé et équilibre mentale en ont grandement besoin.  Par contre, les règles de base doivent résonner à chaque pas de course, et ceux-ci ne doivent pas nous mener plus loin que notre machine peut supporter.  C’est beau de voir des gens sortir et débuter la course, encourager par la fonte des neige et le discours de Dr Arruda.  Par contre, en ces circonstances, la Quantification du Stress Mécanique QSM) est d’autant plus importante. Le principe de la QSM est de donner un stress minimum au corps afin de lui créer une adaptation, mais sans jamais dépasser sa limite, qui nous amènerait en zone de douleur, blessures, surutilisation. Et attention, le corps étant une machine incroyable, ce ne sera assurément pas à votre première exagération que les symptômes apparaitront. Comme s’il avait une zone tampon… ce qui peut être un avantage comme un inconvénient. À notre premier 10km, on aura un peu de courbature, on se dira que ça aurait pu être pire et qu’on est pas pire en forme finalement. Par contre, 4-6 semaines plus tard, oups! Tendinite, claquage, douleur au genou.

Il faut comprendre que chaque personne a sa propre zone tampon, d’où l’importance des entraînements fait sur mesure qui permet à chacun de progresser selon sa tolérance. Il faut faire attention en ces temps de surabondance de temps libre, de ne pas se jeter dans le surentraînement. Surtout vous, triathlètes, qui avez un horaire bien rempli de trois sports, il faut éviter de se déverser dans la course pour remplacer la natation. Même si le cardio y est, chaque sport amène un stress sur différentes parties du corps. On s’en reparle dans mon prochain article!

Programme de course pour différents niveaux disponibles sur le site de la Clinique du Coureur et auprès de Francis Bachand, Capitale Triathlon

 

Par Sylvie Martin

Physiothérapeute PCN

Aucun commentaire

Partager un commentaire