Sportif pandémique: comprendre pourquoi je m’entraine

Mai 14, 2021 | Francis Bachand | 0 commentaires

comprendre pourquoi je m’entraine

 Dans les derniers mois, la pandémie nous aura assurément rendus un peu plus antisociaux. Les heures passées seul sont nombreuses et les distractions sociales, trop peu présentes. Rencontrer de moins en moins de gens, c’est comme l’entraînement: moins tu en fais, moins tu en veux!

C’est important d’être «à l’écoute de ses émotions» et de les respecter. Il faut cependant savoir distinguer la lâcheté et les mauvaises habitudes du reste!

 

Les types de sportifs pandémiques

À la lumière des derniers mois, je peux cibler facilement deux types de sportifs pandémiques:

1.     Le sportif qui n’a pas besoin d’objectifs, de mesure ou de compétition pour s’entraîner. Depuis quelques mois, il est ultra discipliné. Il a beaucoup plus de temps seul et il le consacre à l’amélioration de sa forme physique. Rassurez-vous, cet individu représente environ 5 % à 10 % des sportifs.

2.     Le sportif qui suit et écoute ses émotions et qui, par manque d’objectifs, se perd dans un néant d’excès. Trop d’entraînements une semaine et aucun la semaine suivante. Il manque clairement de discipline, car originalement, il s’entraîne avec un objectif externe clair, qui se mesure face aux autres: la compétition.

 

Mais quel profil est à privilégier, et pourquoi?

Aucun! 😊 L’important, selon moi, c’est la conscience des deux possibilités. Posez-vous des questions afin de voir si votre motivation est la bonne. Est-ce que vous faites cet entraînement et ces dépassements pour vous et pour vous seul ou vous entraînez-vous pour l’apparence et ce que vous dégagez par rapport aux autres? Si la marque de votre cuissard est plus importante que votre bonheur et votre amélioration physiologique, il est peut-être temps d’y réfléchir!

Le fait d’avoir besoin d’un objectif de compétition ou d’un objectif mesurable n’est pas à proscrire. Mais il faut être en mesure de s’entraîner en son absence et, surtout, se questionner sur le plaisir qui se rattache à l’effort physique, sans la valorisation externe.

La santé (dans sa définition la plus globale) et le plaisir devraient guider votre choix, et ce, peu importe votre niveau et votre désir de dépassement.

Alors toi, pourquoi tu t’entraînes?

 

Francis Bachand

Diplômé DAE Institut National du sport

Fondateur et entraîneur | Capitale Triathlon – Capitale Natation

 

 

INSCRIS-TOI À L'INFOLETTRE

Tirage à chaque mois d’un plan d’entraînement et d’un cadeau de nos partenaires

Merci pour ton inscription!