Voilà la saison des camps d'entraînement | Capitale Triathlon
5632
post-template-default,single,single-post,postid-5632,single-format-standard,,qode-title-hidden,columns-3,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Voilà la saison des camps d’entraînement

Un camp d’entrainement… construction ou destruction?

La saison des camps d’entrainement bat son plein. Les triathlètes nord-américains s’évadent généralement vers la chaleur et le soleil question d’accumuler les kilomètres de vélo, de course et de natation.

Un camp d’entrainement est sans équivoque un plus dans une planification de saison. Il permet à l’entraineur de placer une base de volume en endurance fondamentale*. Parce que le triathlète n’a pu placer le volume souhaité sur le vélo dans la saison hivernale, la prédominance du camp sera généralement sur le vélo. Il est aussi facile de comprendre que l’augmentation du volume à vélo a moins de chances de causer de blessures à cause de son mouvement concentrique, sans impacts.

Un camp se veut aussi une excellente occasion de prendre le temps de corriger quelques lacunes techniques à la natation et à la course. Les vieux routiers vous parleront de quantité de volume; moi, je vous parle de qualité d’entrainement. Répéter un geste mal fait 10 000 fois ne vous fera pas avancer plus vite. Et c’est sans parler des risques de blessure.

 

Attention à la zone…

L’effet de groupe a du bon mais peut aussi causer du tort. Il sera probablement très tentant de suivre les athlètes plus rapides que vous. Une, deux ou trois journées et ce sera la panne sèche. Le volume (temps d’entrainement) passé en camp doit se faire en grande partie en zone 1 et en zone 2. Ces zones, nommées aérobie de base, solliciteront le système aérobique, utile aux sports d’endurance. La sagesse de rester dans ces zones cibles vous donnera la chance d’accumuler plus de kilomètres avant la fatigue.

Le retour, la récupération et la consolidation

Le camp se terminera et vous serez de retour dans la routine. Une surcharge de 500% en volume (heures d’entrainement) et les vols souvent longs auront assurément causé leur lot de fatigue. Vous devrez, pour consolider ces belles heures d’entrainement, vous accorder un repos. Je recommande généralement à mes athlètes une semaine de récupération incluant au minimum deux journées de repos consécutives. Le retour des séances de qualité telle une séance de PAM* pourra se faire progressivement, vers la fin de la semaine.

La fatigue sera différente pour chacun. Soyez à l’écoute de votre corps et assurez-vous de bien récupérer. Votre saison en sera améliorée.

Bon retour et bonne saison!

Aucun commentaire

Partager un commentaire